Des graines et autres activités dans les bibliotheques ?

KaizenRécréation ou vaste rêve ? Pour lire l’article en entier (Kaizen), c’est ici : http://www.kaizen-magazine.com….bibliotheques/

Banque de semences, prêt de vélo, cours de tricot : deux femmes réinventent le rôle de la bibliothèque municipale contemporaine.

« La bibliothèque municipale de Fairfield dans le Connecticut (USA) ressemble à s’y méprendre à ses consœurs. Mais entre les œuvres de fiction, les magazines et les ordinateurs, un écriteau indique « bibliothèque de graines ». Dans les tiroirs, des semences de fruits et légumes. Le principe, simple, est calqué sur le prêt de livres : un catalogue de semences répertorie les centaines de graines « empruntables ». Des oignons de Southport, qui faisaient la fierté de la ville il y a cent ans, aux dizaines de variété de haricots, de choux et de tomates, on trouve de tout dans les rayons. Chacun peut utiliser autant de plants qu’il le souhaite, manger sain tout l’été, faire sécher quelques graines et restituer son emprunt dès la génération suivante……….

« Le rôle d’une bibliothèque ne se limite plus au prêt de livres, estime Mary. Nous devons nous réinventer et aller à la rencontre des gens. » Une expression qu’elle suit à la lettre, Fairfield étant la seule bibliothèque des Etats-Unis où l’on peut “emprunter” un bibliothécaire pour présenter une animation, dans une classe ou une maison de retraite par exemple.

Nancy et Mary s’inspirent de visionnaires comme Andrew Carnegie, qui estimait au siècle dernier qu’on devrait pouvoir emprunter des instruments de musique ou des peintures en bibliothèque. A Fairfield, toute personne dotée d’un savoir à apporter peut y organiser une conférence ou constituer un groupe. Une ancienne professeur d’histoire initie les habitants à la peinture du XVIIIe ou aux conquêtes napoléoniennes ; le sous-sol accueille des cours de couture, de raccommodage et d’échecs. Depuis que la police municipale leur a fait don de quatre bicyclettes, les bibliothécaires envisagent même de se lancer dans le prêt de vélo.

« Tout ce que nous proposons est gratuit », précise Nancy. Il n’y a pas même besoin de carte de bibliothèque pour utiliser la banque de semences ou prendre part aux activités proposées. La bibliothèque, entourée d’une école primaire et secondaire, d’un jardin communautaire, d’une maison de retraite, d’une église et d’une synagogue, a su fédérer les bonnes volontés. De nombreux autres établissements leur demandent aujourd’hui conseil, une trentaine de banques de semences ont déjà essaimé sur le territoire américain.« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s