Compte-rendu du 9ème club des lecteurs (jeudi 8 octobre)

club_lecteursProchain club des fargussiens lecteurs à la bibliothèque d’Auffargis : date à préciser.

Propositions pour les clubs suivants : choisir un ou deux livres et en faire l’objet d’un club dédié quelques mois plus tard, lire à voix haute le ou les passages les plus marquants de l’ouvrage chroniqué… A vos propositions !

9ème club riche en échanges, à la bibliothèque. Voici un court résumé des ouvrages présentés :

Mme B.  parle de son goût pour les écrits centrés sur une seule personne et le talent qu’il faut à l’auteur pour captiver ses lecteurs à partir d’histoires ou de détails de vie pas forcément passionnants de prime abord. Si je n’aime pas un personnage, ajoute-t-elle, je ne continue pas ma lecture ».

Parmi ses choix :

  • Rose – Tatiana de Rosnay (BA)
  • Rien ne s’oppose à la nuit – Delphine de Vigan (BA)
  • Mauvaise fille – Justine Lévy
  • et, sur le thème du personnage central, les livres suivants (entre tant d’autres) : « Son frère » de Philippe Besson, « La Vie d’Irène Némirovsky » de Patrick Lienhardt et Olivier Philipponnat.

Françoise : « Toute la lumière que nous ne pouvons voir » – Anthony Doerr – Roman (Prix Sulitzer). Je recommande vivement la lecture de ce livre au rythme soutenu car écrit en très courts chapitres de 1 à 3 pages et qui nous montre que chaque personne, malgré son histoire, son parcours, a en elle de la lumière.

doerr« Véritable phénomène d’ édition aux États-Unis, le roman d Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d’oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne du Paris de l’ Occupation à l’ effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l’ existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance. En entrecroisant le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d’ une ville pilonnée par les bombes, Doerr offre un roman soigneusement documenté et une fresque d une beauté envoûtante.
Bien plus qu’ un roman de guerre, « Toute la lumière que nous ne pouvons voir » est une réflexion profonde sur le destin, le choix et l’ humanité.« 

Catherine :

-1- « Amour, colère et folie » – Marie Vieux-Chauvet – Roman

vieux«Poussez de hauts cris si jamais ce manuscrit vous tombe sous les yeux ; traitez-moi d’impudique, d’immorale. Assaisonnez-moi d’épithètes injurieuses si cela peut vous soulager, mais vous ne m intimiderez plus. » Voici donné le ton. Brûlant, âpre, acéré. Comme une revanche sur le désir et sur la vie. Claire, l’aînée des soeurs Clamont, orchestre en sourdine une tragédie qui se joue entre elle et ses soeurs l’une trop belle, l’autre trop naïve pour l’amour d’un homme. Tandis que dehors, partout dans la ville, gronde la fureur… « Parler de la romancière Marie Chauvet c’est parler d’un seul livre, mais quel livre ! Son roman Amour, Colère et Folie est devenu avec le temps le grand roman des années noires de la dictature de Duvalier, communément appelé Papa Doc… Voilà que quarante-six ans après qu on l’a réduite au silence (l’horreur absolue pour un écrivain), la voix claire et pure de cette romancière lucide et indomptable refait surface. Une dernière chance pour entendre son chant. » Dany Laferrière de l’Académie française.

-2- « L’homme qui savait la langue des serpents » – Andrus Kivirähk – Roman

CVT_Lhomme-qui-savait-la-langue-des-serpents_8538« Voici l’histoire du dernier des hommes qui parlait la langue des serpents, de sa sœur qui tomba amoureuse d’un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, d’une paysanne qui rêvait d’un loup-garou, d’un vieil homme qui chassait les vents, d’une salamandre qui volait dans les airs, d’australopithèques qui élevaient des poux géants, d’un poisson titanesque las de ce monde et de chevaliers teutons épouvantés par tout ce qui précède…

Peuplé de personnages étonnants, empreint de réalisme magique et d’un souffle inspiré des sagas scandinaves, un roman à l’humour et à l’imagination délirants.« 

-3- « On marche sur la dette, vous allez tout comprendre ! » – Christophe Alévêque et Vincent Glenn

dette« Nous aussi, la dette, on avait l’impression de ne rien y comprendre avant d’écrire ce livre. Il ne fallait pas compter sur les experts en expertise pour nous éclairer. Nous avions peur de ce qui allait nous tomber sur la tête. Jusqu’au jour où nous avons découvert ces vérités bouleversantes :Quel est le pays le plus endetté au monde ? Les Etats-Unis d’Amérique. Quelle est la seule super-puissance au monde ? Les Etats-Unis d’Amérique.
Nous n’étions pas moins endettés, mais rassurés. Et nous avons mené notre enquête. Pour savoir combien on doit, à qui, pourquoi, depuis quand, jusqu’à quand ? Une certitude : si nous avons réussi à comprendre, vous comprendrez aussi ! » Christophe Alévêque est humoriste et comédien. Vincent Glenn est l’auteur de plusieurs documentaires consacrés à l’économie. Depuis 2014, les deux hommes co-organisent la « Fête de la dette ».

Hélène

-1- Le garçon aux icônes – Desmond Hogan – Roman (BA) – traduit de l’anglais par Pierre Demarty

hogan« Irlande, début des années 1970. Susan O’Hallrahan, depuis sa petite boutique de confection à Ballinasloe, dans le comté de Galway, ne perçoit plus du tumulte du monde qu’une lointaine rumeur. Depuis la mort de son époux, elle vit seule, bercée par les souvenirs, et elle attend. Elle attend, avec une ferveur mêlée d’appréhension, le retour de son fils, Diarmaid, un garçon étrange, solitaire et ombrageux, parti à Londres en quête d’aventure. Jusqu’au jour où, poussée par un funeste pressentiment, Susan décide de ne plus attendre et de se lancer à sa recherche. Son iliade miniature sera pour elle l’occasion de se confronter aux révélations les plus douloureuses – sur elle-même, sur son fils, et sur la nature exacte, magnifique et terrible, du lien qui les attache l’un à l’autre.
Ce premier roman d’une beauté foudroyante révèle l’une des plus grandes voix de la littérature irlandaise contemporaine, demeurée inexplicablement méconnue depuis près de quarante ans.« 

-2- Pietra viva – Léonor de Récondo – Roman (BA)

reondo« Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d’Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre.
Lors de ses soirées solitaires à l’auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d’Andrea, il ne cesse d’interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre.
Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son œuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michele, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l’affection du petit garçon feront  resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo.
Parce qu’enfin il s’abandonne à ses émotions, son séjour à Carrare, au cœur d’une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son œuvre. Il retrouvera désormais ceux qu’il a aimés dans la matière vive du marbre. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s